Ascain, à l’école du pottok